Redistribuer les bénéfices du cannabis légal parmi les communautés les plus touchées par la guerre contre la drogue

Raekwon du clan Wu-Tang, né Corey Woods, rentre lui aussi dans le game du cannabis. Son projet est aussi inédit que cool. Le rappeur devenu entrepreneur a investi dans CitizenGrown, une société qui se définit par le slogan « le cannabis pour le peuple, par le peuple ». Avec un modèle commercial unique, la mission de CitizenGrown est de fournir aux ménages (dans les États américains où la culture est légale) des boîtes de culture automatisée du cannabis qui permettent aux gens de récolter les fruits de cette industrie en constante expansion.

« Nous nous sommes demandé si notre technologie était le moyen de diffuser la richesse de cette industrie ? Utilisez nos box de culture, cultivez du cannabis haut de gamme et mariez profit et objectif », a expliqué Deepa Sood, la jeune PDG de la société, lors d’une récente conversation exclusive.

« C’est comme une proposition de revenu universel », a ajouté M. Raekwon, soulignant qu’il ne s’agit pas d’une activité secondaire ou d’un deuxième emploi. Il s’agit, tout simplement, d’un revenu passif : CitizenGrown vous paie pour un espace dans votre maison, ne vous demande pratiquement pas de travail.

Lorsque Raekwon a rencontré CitizenGrown, il est immédiatement tombé amoureux de sa noble mission de redistribuer les bénéfices du cannabis légal parmi les communautés les plus touchées par la guerre contre la drogue. Il appelle ces communautés « les cultivateurs de ce mouvement » à la fois littéralement et métaphoriquement.

« CitizenGrown, ce sont en quelque sorte les super-héros du cannabis, si vous voulez mon avis », a déclaré le rappeur. « Tout part de la base. »

L’entreprise fournira aux communautés à faibles revenus les outils et l’expertise nécessaires pour créer de la richesse grâce au cannabis. Tout le processus de culture est contrôlé à distance par les experts de CitizenGrown.

En plus d’installer les boîtes dans les maisons, la société offre des possibilités d’éducation qui n’étaient pas disponibles auparavant dans ces mêmes endroits.

« C’est un peu une école qui nous permet d’aider les gens, de leur apprendre ce qu’est le cannabis, et de nous assurer qu’à la fin de la journée, vous êtes responsable de ce que vous mettez dans votre corps et que vous comprenez à quoi il sert. Chaque fois que vous revenez dans le quartier et que vous voulez faire de grandes choses pour votre communauté… Quoi que vous vouliez faire, quelle que soit la façon dont vous voulez vous exprimer, nous vous donnerons les moyens de vous exprimer, sur le plan créatif et financier. C’est ce que représente CitizenGrown », a-t-il ajouté.

Pour Rae, cela ressemble à une réparation. Alors que d’autres entreprises de l’industrie du cannabis « capitalisent à nouveau sur certaines choses qui viennent de là d’où nous venons », il a déclaré, en référence à la culture noire, que « CitizenGrown reconnaît que le cannabis vient de notre culture, et veut faire plus pour le côté communautaire, et donner des opportunités aux gens ».

En fait, Rae n’avait jamais vu une organisation avec des valeurs telles que CitizenGrown, une entreprise dont la mission de justice sociale est fondamentale.

« Vous ne pouvez pas prendre quelque chose qui ne vous revient pas de droit, en n’offrant rien en retour », a-t-il ajouté, notant combien les communautés noires ont souffert en Amérique pendant des siècles, voyant leur culture pillée par les secteurs historiquement privilégiés de la société.

Bien sûr, tout le monde veut se nourrir de la culture noire, tout le monde veut s’assurer qu’il peut avoir ce regard… Mais quand les voiles tombent vraiment, que nous en avons besoin et que nous avons besoin de soutien à un moment comme maintenant, où sont-elles ? a demandé le rappeur.

« Si les politiciens étaient pour les communautés, ils feraient partie de cette situation et comprendraient qu’au bout du compte, le cannabis offre une opportunité pour l’économie de certains quartiers de se développer à un certain niveau. »

Si vous vous souciez vraiment d’un endroit, vous devriez lui donner du pouvoir. À ce sujet, Rae est catégorique.

Ce dont nous avons besoin, dit-il, ce sont des politiciens plus humains et plus engagés, ainsi que des politiques et des réglementations sur le cannabis qui intègrent l’équité et la justice sociales. Les législateurs et les politiciens doivent comprendre ce dont leurs communautés ont besoin, ce qu’elles veulent. C’est ce qui assurera leur succès, a-t-il poursuivi.

« C’est une chose d’en parler, et c’en est une autre d’en être. Les gens connaissent la différence ».

Dans le climat politique actuel, où le mouvement Black Lives Matter est au centre de l’actualité et de l’intérêt public, de nombreux classiques de la culture noire ont refait surface. C’est notamment le cas de FUBU, une ligne de vêtements populaire destinée aux communautés de couleur

Le nom en dit long : « Pour nous, par nous ».

Ce concept ressemble beaucoup à celui de CitizeGrown, qui est également une entreprise détenue et dirigée par des minorités, et dont l’objectif est d’aider les minorités à s’épanouir. Lorsqu’on lui a parlé de ce parallèle, Raekwon l’a reconnu sans hésitation.

« Nous sommes pour le peuple ; et quand vous voulez être pour le peuple, vous devez savoir ce qui se passe dans le monde… Nous voulons tous que la justice soit reconnue et respectée », a déclaré le rappeur. Soulignant la similitude avec la mission de CitizenGrown, il a poursuivi en disant que Black Lives Matter « est un mouvement qui soutient vraiment les gens qui n’ont pas [de justice] ou qui ne pensent pas pouvoir en avoir.

Share

This post was originally published on this site