De nouvelles preuves sur le bénéfice du cannabis dans la maladie de Huntington

La science a montré que le cannabis aide à ralentir la progression de maladie neurodégénératives grâce à son interaction avec le système endocannabinoïde. Des recherches en 2015 ont démontré que le CBG présente des effets neuroprotecteurs et est fortement actif dans la réparation des cellules protectrices du cerveau. Aujourdhui, une nouvelle étude à évaluer de manière exhaustive les effets de la marijuana sur les symptômes liés aux troubles du mouvement en mettant l’accent sur la maladie de Huntington (MH). Les chercheurs ont tenté de savoir si l’augmentation de l’activité endocannabinoïde pouvait être thérapeutiquement bénéfique pour le traitement de cette maladie.

La maladie de Huntington

La maladie de Huntington est une maladie génétique rare qui provoque une dégradation progressive (dégénérescence) de certaines cellules nerveuses dans le cerveau. Elle a un large impact sur les capacités fonctionnelles d’une personne et provoque généralement divers troubles du mouvement, de la pensée (cognitifs) et psychiatriques.

Les symptômes de la MH peuvent se développer à tout moment, mais ils apparaissent souvent pour la première fois lorsque les personnes sont dans la trentaine ou la quarantaine. Lorsque l’affection se développe à un âge antérieur à 20 ans, on parle de maladie de Huntington juvénile.

La maladie de Huntington est un trouble neurologique causé par une mutation génétique héréditaire. Bien que la maladie progresse lentement, les patients ont des difficultés à bouger, souffrent de tremblements involontaires, d’un fonctionnement cognitif réduit et de troubles psychiatriques. La maladie de Huntington n’a pas de remède connu et peu de traitements médicamenteux efficaces. La mutation génétique qui cause la maladie de Huntington peut endommager les neurones striataux et corticaux. Pour cette raison, les médicaments neuroprotecteurs sont à la pointe de la recherche sur la maladie de Huntington.

Les cannabinoïdes améliorent-ils la maladie de Huntington?

Parce que le système endocannabinoïde est intimement lié à la progression de la maladie de Huntington et que les chercheurs ont découvert qu’au début de la progression de la maladie, les récepteurs cannabinoïdes disparaissent massivement dans les neurones striataux, le cannabis peut aider à ralentir la progression de la maladie.

Des scientifiques du monde entier étudient leurs effets sur la maladie de Huntington. La plupart des travaux ont été effectués sur des cellules cultivées en laboratoire ou sur des animaux élevés pour avoir le gène pathogène. Certaines recherches suggèrent que les produits chimiques ciblant CB1 peuvent protéger les cellules contre les toxines. Dans le cerveau des souris Huntington, les niveaux de récepteur CB1 se sont avérés réduits et les niveaux CB2 sont augmentés. La perte des récepteurs CB1 peut être impliquée dans certains symptômes de la maladie, car les souris de Huntington dépourvues du récepteur CB1 ont tendance à avoir un moins bon contrôle des mouvements. L’augmentation des récepteurs CB2 peut être l’un des moyens du corps de traiter la MH. Cette théorie est renforcée par des recherches montrant que les souris traitées avec des produits chimiques ciblant CB2 ont moins de mort des cellules nerveuses, peut-être parce que cela calme le système immunitaire dans le cerveau.

Ces résultats dans les cellules et les animaux sont encourageants, mais les humains sont beaucoup plus complexes. Une expérience amère nous a appris que très souvent les résultats peuvent être incohérents, voire complètement différents, lorsque les thérapies sont mises à l’échelle pour être utilisées chez l’homme. Cependant, bien qu’ils soient globalement sûrs et bien tolérés, les cannabinoïdes n’ont pas encore montré d’activité neuroprotectrice chez l’homme. Cet écart entre la recherche fondamentale et la recherche clinique peut être dû à des facteurs tels que les différences biologiques substantielles entre les modèles animaux et la pathologie humaine ou à une conception inadéquate des essais cliniques, qui ont jusqu’à présent été orientés vers l’évaluation de la sécurité plus que de l’efficacité. Il semble donc logique de suggérer que les futurs essais cliniques devraient être menés à des stades précoces de la MH avec des périodes plus longues de traitement avec des cannabinoïdes. Il pourrait également être utile de connaître le modèle de consommation de cannabis par les patients atteints de MH et de disposer de certains biomarqueurs liés à l’activité CB 1 R pendant le développement de la MH.

D’autres études ont déterminé que la maladie de Huntington était liée à une perte de récepteurs cannabinoïdes dans les noyaux gris centraux.

Les chercheurs invitent les médecins à envisager de l’autoriser pour certains patients

Les preuves disponibles indiquent que le cannabis peut améliorer les symptômes neurologiques associés à la maladie de Huntington (HD), selon les conclusions d’une revue de la littérature publiée dans PubMed et EBSCO. Les chercheurs invitent les médecins à envisager de l’autoriser pour certains patients souffrant de cette maladie.

Au total, 22 études ont été examinées. Il y avait des preuves solides d’une amélioration significative des symptômes neurologiques des spasmes, des tremblements, de la spasticité, de la chorée et de la qualité du sommeil après un traitement avec de la marijuana médicale. L’analyse des symptômes moteurs spécifiques a révélé une amélioration significative après traitement des tremblements et de la rigidité. De plus, toutes les mesures de prétraitement et de post-traitement ont indiqué une augmentation significative du nombre moyen d’heures de sommeil.

Des études à plus grande échelle sont nécessaires pour tester les avantages de la marijuana médicale chez les patients atteints de MH. De nombreuses études précliniques ont démontré le pouvoir neuroprotecteur des cannabinoïdes dans différents modèles animaux de neurodégénérescence. Cela a fait naître des espoirs sur une éventuelle utilité clinique, en particulier dans des maladies très graves telles que la MH, pour lesquelles aucun traitement efficace n’est connu.

Dans l’ensemble, l’innocuité et la tolérabilité démontrées jusqu’à présent par différents cannabinoïdes dans les essais cliniques sur la MH devraient encourager des essais futurs plus exhaustifs pour évaluer si ces composés pourraient être utilisés comme agents thérapeutiques pour traiter cette maladie hautement agressive.

Share

This post was originally published on this site